Projections extérieures

Pour une toute première année, le FIFA vous offre une soirée en plein air dans le cadre du Cinéma urbain à la belle étoile, série présentée par la Société des arts technologiques [SAT] et le Quartier des spectacles.

Cette projection gratuite vous est offerte dans le cadre des Journées de la culture, le vendredi 26 septembre à la Place de la Paix.

Au programme, ME – Story of a Performance par Jopsu Ramu, suivi de Les États inventés d'Amérique par Alberta Nokes.

Projection : 21 h
Entrée libre - Ouvert à tous (à la place de la Paix)
Localiser la Place de la Paix : http://goo.gl/maps/Bhp1

Événement présenté à la SAT en cas de pluie (1201, boulevard Saint-Laurent) - 18 ans et plus lorsque présenté à l'intérieur (en raison du permis d'alcool)

Sortez vos chaises pliantes et vos couvertures et venez voir deux films marquants du 32e FIFA en plein air sur grand écran à la Place de la Paix!

Francine Moreau

Francine Moreau adore apprendre et partager ses découvertes. Passionnée de culture et de création, elle anime lancements, événements-bénéfices, tables rondes, rencontres avec des créateurs, et son amour des mots l’amène à collaborer aux textes de nombreux organismes culturels.

Elle a longtemps travaillé à Radio-Canada, d’abord comme reporter au Service des Nouvelles-Radio puis comme animatrice à l'ex-Chaîne culturelle. De l’émission matinale Les Notes inégales jusqu’à Trame sonore, consacrée à la musique de film, elle a ainsi animé plusieurs émissions dont L’Écran sonore, magazine d’actualité musicale, Jazz sur le vif et aussi Midi-Culture, magazine quotidien axé sur toutes les facettes de l’activité artistique.

Francine est une inconditionnelle du Festival international du Film sur l’Art qu’elle se plaît à présenter comme « une éblouissante célébration de la création artistique et de la diffusion des idées, un inépuisable coffre aux trésors, une fabuleuse école ouverte sur le monde, un bien public absolument essentiel ! » Elle anime la tournée des Découvertes du Film sur l’Art depuis sa création.

Joaquim Eusebio

JOAQUIM EUSEBIO, HISTORIEN DE L’ART

Doctorant en histoire de l’art et membre de la Chaire sur la culture portugaise à l’Université de Montréal, sa recherche porte actuellement sur Les représentations de saint Antoine (1190-1231) dans les azulejos portugais au XVIIe et XVIIIe siècle. Également diplômé en histoire par l’Université de Coimbra au Portugal, Joaquim Eusebio a déposé en 2010, à l’Université de Montréal, un mémoire de maîtrise en histoire de l’art consacré aux Cycles d’azulejos (XVIIIe siècle) de l’église du convent du Louriçal (Pombal). Il est l’auteur de Pombal, 8 séculos de História (Pombal, 2e éd. 2007).

Luís de Moura Sobral

Luís de Moura Sobral détient un doctorat en histoire de l’art de l’Université de Louvain. Spécialiste du baroque, de la gravure et du surréalisme, il est professeur titulaire au département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal, où il est également titulaire de la Chaire sur la culture portugaise. Ses principaux intérêts de recherche portent sur la constitution et le fonctionnement des grands ensembles décoratifs baroques (églises, cloîtres, cloîtres, palais, jardins), en accordant une attention privilégiée au thème du cycle iconographique (séries d’œuvres d’art ordonnées selon des programmes idéologiques ou narratifs précis). Parallèlement, il s’intéresse à l’utilisation de l’emblématique dans la décoration monumentale de la même période, et à la gravure comme élément essentiel dans la construction de la culture visuelle occidentale, entre le XVe et le XVIIIe siècle.

Mario Côté

Mario Côté est peintre et vidéaste. Depuis 2005, il a entrepris un travail de re-création vidéographique des oeuvres chorégraphiques de Françoise Sullivan et Jeanne Renaud. Il aborde aussi la question du corps-lecteur filmé avec, entre autres, l’écrivain Alain Fleischer. Une importante rétrospective de son travail, dont Nicole Gingras assumait le commissariat, a été présentée au Musée d’art de Joliette en 2002. Il est chercheur associé au Centre Hexagram-UQAM et enseigne à l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Il dirige les groupes de recherche ARC_PHONO et ARC_DANSE.

Iris Amizlev

IRIS AMIZLEV, HISTORIENNE DE L’ART

Suite à des études en histoire de l’art à l’Université de Montréal, Iris Amizlev œuvre à titre de conférencière invitée, guide, recherchiste dans des institutions reconnues telles le Musée des beaux-arts de Montréal et l’Université de Montréal. Celle-ci a occupé pendant trois ans le mandat d’adjointe à la Conservation d’art moderne du Musée des beaux-arts du Canada, Depuis 2006, Mme Amizlev agit à titre d’historienne d’art et conservatrice indépendante, notamment pour le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée de Lachine et le Musée d’art contemporain des Laurentides. Depuis 2012, elle agit à tire de responsable des programmes éducatifs – guides bénévoles au Musée des beaux-arts de Montréal.

Éric Lagacé

ÉRIC LAGACÉ, CONTREBASSISTE, COMPOSITEUR ET PROFESSEUR EN MUSIQUE CLASSIQUE ET EN JAZZ

Contrebassiste émérite depuis plus de 30 ans, Éric Lagacé s’est toujours bien départagé entre le jazz et la musique classique. Musicien versatile, il se retrouva d’ailleurs dans l‘orchestre de Vic Vogel dès l’âge de 21 ans puis, à 24 ans, dans les rangs de l’Orchestre symphonique de Québec. Côté jazz, outre de grandes figure canadienne tels qu’Oscar Peterson et Rob McConnel, il a aussi accompagné des artistes américains reconnus, dont Slide Hampton, Eddie «Cleanhead» Vinson, Winton Marsalis, Phil Woods et Chris Potter. Aussi connu comme compositeur et arrangeur, ses œuvres ont été jouées par de nombreux orchestres, ici et de par le monde. Éric Lagacé agit également à titre de professeur d¹écriture au Conservatoire de musique de Québec, succédant ainsi, depuis 2005, à M. Jacques Faubert, de qui il avait précédemment reçu l’enseignement. Auparavant, M. Lagacé a enseigné la théorie musicale à l¹université Concordia. Contrebassiste toujours actif, on le retrouve régulièrement sur scène aux côtés de l’illustre pianiste de jazz Oliver Jones.

Jean-Claude Poitras

JEAN-CLAUDE POITRAS, DESIGNER DE MODE

Né à Montréal le 18 juin 1949, Jean-Claude Poitras ouvre son premier atelier dans le Vieux-Montréal en 1972 et propose ses créations sous la griffe Parenthèse. En 1977, il signe sa première collection de prêt-à-porter Bof! par Jean-Claude Poitras. En 1987, il fonde Poitras Design et ajoute à ses collections féminines de prêt-à-porter, de peaux lainées, de fourrures, de cuir et d’accessoires une collection masculine. En 1998, il ouvre avec Colette Chicoine la boutique Duo sur Canapé consacrée à la mode cocooning et à l’Art de Vivre.  En 2002, il crée son studio Nota Bene design avec comme mission de se consacrer au design multidisciplinaire et à la communication.  En 2010, il dévoile son âme d’artiste avec des œuvres sur papier et des sculptures lumineuses au SIDIM (Salon international du design d’intérieur de Montréal). Devant l’engouement des collectionneurs, il présentera sa première exposition à titre d’artiste en arts visuels à la Galerie Roccia de Montréal en 2012.  Les collections de Jean-Claude Poitras ont été présentées dans les plus grands salons internationaux et continuent de soulever l’admiration: New York (Fashion Coterie, Designer’s collective), Paris (Salon Atmosphère), Cologne (International menswear exhibition), Las Vegas (Magic), Chicago (KBIS), Guadalajara (Fiestas de Octubre), Dallas, Orlando, Hong Kong, Toronto, etc. Site Internet : jeanclaudepoitras.com.

Nicole Dubreuil

NICOLE DUBREUIL, HISTORIENNE DE L’ART

Spécialisée en histoire, théorie et historiographie de l’art moderne, Nicole Dubreuil a été professeure titulaire au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal; elle a occupé, pendant plus de 10 ans, la fonction de vice-doyenne à la Faculté des études supérieures et postdoctorales. Elle a participé à des projets de recherche sur la critique d’art et sur l’histoire de l’art, en France, dans la seconde moitié du 19e siècle. Elle fut la première présidente de la société d’esthétique du Québec et la présidente de l’Association d’art des Universités du Canada; elle a siégé pendant huit ans comme représentante du Canada au Comité international d’histoire de l’art (CIHA).  Mme Dubreuil fut également, pendant plus de 15 ans, un des éditeurs de la revue scientifique d'histoire de l'art RACAR.  La théorie moderniste, telle qu’elle s’est énoncée dans la critique d’art américaine au cours des décennies 1950-1960, demeure au cœur de ses intérêts. Mme Dubreuil s’est plus récemment intéressée aux « vieux maîtres de l’art moderne », se penchant sur la représentation de la dernière période de production d’artistes-phares du premier modernisme, de Monet à Picasso.

Gilbert Duclos

GILBERT DUCLOS, PHOTOGRAPHE

Depuis 1975, suite à des études en photographie au Cégep du Vieux-Montréal, Gilbert Duclos œuvre en tant que photographe professionnel, principalement dans le domaine de l’édition québécoise, canadienne et internationale. Parallèlement, il a réalisé pendant une trentaine d’années, une série d’images sur les villes. D’ailleurs, en plus d’expositions solo, le livre intitulé Gilbert Duclos, Photographies 1977-2001, a été publié en 2001. Notons que l’artiste a également réalisé le film documentaire La rue, zone interdite, traitant du droit à l’image au Canada et qui s’est mérité le prix du meilleur reportage présenté au 23e FIFA, en 2005. Plus récemment, il a été co-réalisateur du web documentaire Sacrée montagne produit par l’Office Nationale du Film. Site internet : http://www.gilbertduclos.com.