Palmarès

On est fiers de vous présenter les lauréats de sa 36e édition. Cette année, les vingt-quatre films sélectionnés en compétition au sein de la programmation ont concouru pour remporter l’un des cinq prix décernés par le jury : le Grand Prix, le Prix du jury, le Prix du meilleur essai, le Prix du meilleur portrait et le Prix de la meilleure œuvre canadienne.
 

Le Grand Prix

Dernières nouvelles du cosmos de Julie Bertuccelli
Le grand prix nous est apparu avec évidence. Sa réalisatrice a eu le mérite de porter sa caméra sur un sujet bouleversant qui questionne notre rapport à la différence et, plus fondamentalement, nous renvoie à une quête philosophique intérieure universelle. L’auteure qu’elle suit semble connectée à un monde auquel de nombreux artistes et êtres humains tentent de se reconnecter. Ses mots d’une force frappante touchent juste. La très belle relation que la caméra entretient avec son personnage ainsi qu’avec sa mère, remarquable, propose une leçon d’humanité essentielle.

​Le Prix du jury

Where is Rocky II de Pierre Bismuth
Le prix du jury est un coup de coeur formulé sur l’instant, à l’unanimité et qui, encore une fois nous a emportés avec une jubilation énorme de spectateur, un récit brillant qui s’emboîte comme une poupée russe, proposant des scènes de cinéma inoubliables. Et puis c’est un vrai film sur l’art, sur le mystère d’un artiste et les fantasmes qu’il inspire. Et puis c’est un film sur le cinéma.

​Le Prix du meilleur essai

Between Calculus and Random de Jürg Egli
Un véritable essai qui s’est tout de suite distingué de par son originalité et la force de sa proposition. Un film sans paroles qui fait dialoguer musique, arts plastiques, danse et cinéma, qui nous emporte au coeur de la création, un chemin fait de calcul et d’errance, une expérience artistique franchement inspirante qui célèbre la joie de la création.

Le Prix du meilleur portrait

Mstislav Rostropovitch, l’archet indomptable de Bruno Monsaingeon
Un film d’archives d’une grande maîtrise  qui nous transporte à travers le 20e siècle et nous fait découvrir un homme plus grand que nature. Il nous propose un portrait extrêmement vivant d’un  musicien exceptionnel et engagé. Le cinéaste utilise tout son art pour nous accompagner avec beaucoup d’humilité dans cet extraordinaire voyage musical, humain et historique.

Le Prix de la meilleure œuvre canadienne

Megalodemocrat: the public art of Rafael-Lozano-Hemmer de Benjamin Duffield
Ce film nous permet d’accéder à l’oeuvre d’un créateur dont les installations aux quatres coins du monde sont éphémères. Tourné sur dix ans, il documente la recherche énergique et passionnée d’un artiste engagé dont le travail rend les femmes et les hommes d’aujourd’hui créateurs de leur propre espace.
Projection de rattrapage Dimanche 18 mars | 15h00 | Centre Canadien d’Architecture